ZOOM SUR... Aurélie, professeur à Paris

Par Alex 22 Janvier 2020 Vis ma vie de Yogi 0 commentaires

Aurélie est professeur de Vinyasa Yoga, de Danse-improvisation et praticienne de Body-Mind Centering® à Paris. Devant cette intéressante combinaison, on ne pouvait pas s’empêcher de lui poser quelques questions!

Bonjour Aurélie. Tu enseignes le yoga ainsi que la danse improvisation, laisser parler son corps est donc un sujet majeur pour toi...qu’est ce qui le rend si important a tes yeux? 
Petite, laisser mon corps s’exprimer dans l’improvisation a toujours été un facteur d’équilibre, me permettant de « (di)gérer » ce qui se passe sous les mots. Plus grande, j’ai cherché à comprendre comment nos représentations corporelles façonnent nos rapports au monde (et vice-versa). Mon parcours de danseuse me confrontait directement à cette réalité à travers l’apprentissage de différents « styles » de danse. Chaque style convoque un corps particulier reflétant un certain rapport à l’espace et à l’expression. A un certain niveau, cela sculpte même le corps de façon visible : une ballerine et une danseuse de flamenco n’ont plus tout à fait la même anatomie. Forte de ce constat, j’avais à cœur de comprendre « ma danse » pour pouvoir l’écrire et la transmettre. Comment ma subjectivité venait s’inscrire dans mes tissus et dans mes mouvements ? Je me suis donc tournée vers les pratiques somatiques et le yoga. C’est une recherche qui continue de me passionner et m’interroger, et dans laquelle j’accompagne mes élèves.

Le yoga et la danse-improvisation, deux activités complémentaires selon toi? Que t’apportent-elles?
D’un coté, le yoga se pratique sur l’espace d’un tapis, avec une grammaire précise. Dans la répétition des asanas jour après jour, beaucoup de choses se révèlent. C’est à la fois un baromètre de notre état, et un moyen magnifique de le transformer par le jeu subtil des perceptions. De l’autre, la danse-improvisation, offre cette liberté spatiale totale, cette spontanéité, qui nous amène à découvrir de nouveaux points de vue comme dans l’enfance (nouveaux rapport à la gravité, nouveaux rythmes, nouvelles positions etc). Le collectif, les dynamiques de groupes, la musique tiennent là un rôle désinhibiteur. Ainsi ces pratiques s’équilibrent l’une l’autre. J’enseigne les deux avec émerveillement. Le corps est à mes yeux autant un corps social, expressif, émotionnel, créatif, qu’un corps conscient, perceptif, agissant…

Tu as une formation en Body-Mind Centering®. Si monYOGAPASS cherche à diffuser l’enseignement du yoga, nous pensons qu’ il est toujours bon de s’ouvrir aux autres pratiques et se nourrir d’autres enseignements...Peux tu donc nous expliquer ce que c’est?
En quelques mots, le Body-Mind Centering® est une approche somatique qui s’est développée en Californie dans les année 80 à l’initiative de Bonnie Baindbridge Cohen. C’est une pédagogie innovante pour appréhender l’anatomie et la physiologie par le mouvement et par le toucher. La notion centrale est l’ « embodiement » c’est-à-dire comment j’habite mon corps dans sa complexité : comme je m’incarne dans mes os, dans mes muscles, dans mes fluides etc… ? Un autre champ d’exploration du BMC ® se situe dans le développement moteur et l’embryologie. Ces approches permettent d’étudier des processus qui se développent dans le temps, soit au niveau de notre système nerveux, soit au niveau cellulaire. Toute la richesse de cette approche réside selon moi dans la façon dont Bonnie Baindbridge Cohen embrasse toutes ces questions. Le BMC ® est parfois perçu comme un pont entre une vision occidentale et une vision orientale du corps. De fait, je n’ai pas encore rencontré de pédagogie aussi ouverte et novatrice.

En pratique, ce sont des séances en groupe, ou individuelles? A qui s'adressent-elles?
Il y a en effet les deux aspects dans ce travail. Dans les deux cas cela s’adresse à tous ceux qui veulent mieux rencontrer leur corps et celui des autres. Lors des séances individuelles, on porte davantage le focus sur le toucher. Ce n’est pas thérapeutique, comme l’ostéopathie par exemple, car on ne part pas d’un diagnostic. C’est plutôt un accompagnement fin dans l’écoute de soi. Le mouvement et l’intelligence collective sont aussi un aspect central de ce travail qui s’expérimente sous forme de stage dans un studio de danse. Pour ma part, en plus d’enseigner le BMC ® dans la formation Danser l’espace et de proposer des séances individuelles, cette approche vient nourrir ma pratique du yoga et de la danse de façon évidente.

En quoi ta formation en BMC ® a influé sur tes cours de yoga?
Mmmh c’est très vaste. D’un point de vue personnel, le BMC m’a permis de m’orienter beaucoup plus profondément et subtilement dans mon corps. Cela nourrit donc les indications que je propose à mes élèves. Par ailleurs, j’ai appris à être attentive aux qualités de silence et à ce qu’exprime les corps. Cela m’aide donc aussi à guider une pratique collective de méditation.

Quel conseil donnerais-tu à un yogi pour améliorer sa pratique? 
Peut-être simplement se rappeler que son yoga est en écho de la vie elle même et non une pratique qui se termine en sortant du studio. Je conseillerai donc d’équilibrer le sentir et le faire. C’est un espace qui permet de conscientiser en même temps des concepts contradictoires et vivre positivement des oppositions de forces. Le yoga est aussi complexe que la vie et c’est bien ainsi.

Aurélie enseigne au sein de l’association Air ivre qui est partenaire de monYOGAPASS. Contactez-la pour découvrir ses cours!
Plus d’infos sur son parcours et ses activités sur danse-yoga.com